La stratégie océan bleu

Créer des océans bleus, à l’abri de la guerre économique ?

Jean-Pierre Leac

I have been working for innovation support programs and business growth for the last 10 years. After graduating from an engineering school, I worked as a project manager in the automotive industry and then created my own consulting company.
Being now the innovation and development manager within the regional innovation agency (NFID), I am in charge of the technology transfer policies and cross-border cooperation projects.
I am also responsible for several funds promoting innovation projects and start-up creation.

それと、日本に情熱を注ぎます。

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. A.T. dit :

    L’approche « océan bleu » est très stimulante mais pose un problème méthodologique. Comme l’a montré Philip ROSENZWEIG dans une conférence donnée à l’école de Paris du Management, chapitre après chapitre, Kim et Mauborgne citent des exemples d’entreprises qui ont trouvé des océans bleus et qui ont très bien réussi. Le problème, c’est que d’autres entreprises ont également appliqué cette méthode et ont échoué. Par exemple, des producteurs de vin en Bourgogne ont tenté sans succès de reproduire la stratégie de l’australien Yello tail largement présentée dans l’ouvrage de Kim et Mauborgne. Pour étudier objectivement l’intérêt de la stratégie océan bleu, il faudrait partir d’un échantillon rassemblant toutes les entreprises qui se sont engagées dans cette stratégie, et analyser combien ont réussi, combien ont survécu et combien sont mortes.
    lien vers la synthèse de la conférence : http://ecole.org/fr/seances/SEM462
    Un autre problème, essentiel en stratégie, est celui de la durabilité de l’avantage concurrentiel. Pendant combien de temps la firme va profiter de son océan bleu? Le cas de la Wii correspond bien à une stratégie de type océan bleu. Mais on a pu constater par la suite que les concurrents ont réagi très vite et la tentative suivante de Nintendo de se démarquer (avec la Wii U) est un gros échec.

  2. bhimasena dit :

    la représentation « canvas stratégique » est souvent trompeuse car il suffit d’inverser des colonnes pour avoir des courbes qui ne ressemblent plus à rien…

    • Je comprends ce que vous dites, c’est vrai que la présentation du canevas stratégique doit être pensée pour faciliter la lecture. Elle n’est pas forcément trompeuse mais permet surtout, en un coup d’œil, de mettre en avant les caractéristiques de différenciation de son offre.

  1. 9 janvier 2017

    […] La stratégie océan bleu […]

  2. 10 avril 2017

    […] La stratégie océan bleu […]

  3. 29 mai 2017

    […] est clair qu’aujourd’hui ces marchés ne sont plus des océans bleus bien au contraire. Il n’y a pas encore de saturation du marché mais à part sortir un casque de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *