La classe inversée au service de l’innovation pédagogique

Innover dans ses méthodes pédagogiques est devenu incontournable

Jean-Pierre Leac

J'ai travaillé pour des programmes de soutien à l'innovation et à la croissance des entreprises ces dernières années. Diplômé d'une école d'ingénieur, j'ai été chef de projet dans l'industrie automobile puis j'ai créé ma propre société de conseil. J'ai ensuite pris la direction du service d'appui aux entreprises, des politiques de transfert de technologie et des projets de coopération transfrontalière au sein de l'Agence Régionale d'Innovation. Je suis également responsable de plusieurs fonds favorisant les projets d'innovation et la création de start-up.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. ahmedelya dit :

    Je viens de découvrir cet espace inhérent à l innovation en pratiques éducatives qui remet en cause l agir professionnel traditionnel

  2. Olivier Ridoux dit :

    Je trouve trop restrictif de lier classe inversée et ressources interactives. Il a été question de classe inversée bien avant, ex. sous le nom de « conversational classroom ». Quand j’enseigne la « compilation » (une problématique informatique qui consiste à traduire des documents d’un langage/format dans un autre sans en trahir le sens informatique) en m’appuyant sur le projet de compilateur que les étudiants développent en parallèle, j’ai l’impression d’inverser la classe, au sens où je ne fais que réagir à des questions ou des propositions des étudiants. En particulier, les concepts les plus subtils, dont on ne peut pas soupçonner l’importance avant de les vivre en situation, ne sont présentés que de cette façon. Alors quand on me dit « ce n’est pas une classe inversée car tu n’as pas filmé ton cours » c’est pour moi comme demander la messe en latin, ou confondre le pourquoi et le comment. L’important de la posture inversée est de s’appuyer sur l’expérience des étudiants. Et avoir vu le cours en vidéo est le degré zéro de l’expérience, tandis que avoir tenté de résoudre le problème avec ses moyens, me semble une expérience autrement plus consistante.

    • Bonjour Olivier,
      désolé si l’article a pu donner l’impression que le concept de classe inversée et les ressources numériques étaient liées. Je suis en phase avec votre exemple sur le compilateur. Pour moi, il n’est absolument pas nécessaire de « filmer un cours » pour être en classe inversée. Il ne s’agit que d’un exemple, l’important c’est le principe.

      • Olivier Ridoux dit :

        En fait, votre article est neutre de ce point de vue, mais comme il m’est arrivé plusieurs fois d’être confronté au dogme du cours en vidéo, j’ai préféré soulever le lièvre. D’une manière plus générale, ce qui me semble menacer le plus les innovations c’est leur dogmatisation/sacralisation où on oublie le pourquoi pour ne retenir que le comment. J’attribue l’échec de quantité de plans numériques à cela.

        • ahmedelya dit :

          Je viens de découvrir ce précieux espace d innovation qui incite à s interroger sur l ‘agir professionnel d un enseignant nouvelle génération

  1. 14 décembre 2015

    […] A lire une interview de Jean-Pierre LEAC réalisées dans les Cahiers de l’Innovation juste en cliquant sur ce lien. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.