les premiers de la classe sont-ils les cancres de l’innovation ? [review]

Les premiers seront les derniers ... mais quid des seconds ?

Jean-Pierre Leac

J'ai travaillé pour des programmes de soutien à l'innovation et à la croissance des entreprises ces dernières années. Diplômé d'une école d'ingénieur, j'ai été chef de projet dans l'industrie automobile puis j'ai créé ma propre société de conseil. J'ai ensuite pris la direction du service d'appui aux entreprises, des politiques de transfert de technologie et des projets de coopération transfrontalière au sein de l'Agence Régionale d'Innovation. Je suis également responsable de plusieurs fonds favorisant les projets d'innovation et la création de start-up.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Voir aussi le Cygne Noir de Nassim Taleb, repris par Philippe Silberzahn.

    La tragédie des bons élèves

    Taleb observe que les bons élèves […] sont souvent victimes, dans leur carrière, de cette incapacité à sortir du cadre. Il ajoute : « Il y a une qualité stérile et obscurantiste qui est souvent associée avec les connaissances scolaires qui se mettent en travers d’une compréhension de ce qui se passe dans la vie réelle. » Ce constat rappelle la citation de George Orwell selon lequel il y a des idées si absurdes que seul un intellectuel peut les croire. On pourrait inverser : il y a des idées tellement inattendues qu’un intellectuel se refusera toujours à les croire avant qu’il ne soit trop tard: c’est ce qui rend si difficile notre appréhension des événements inédits. Et pourtant Aristote mettait la faculté d’étonnement à l’origine de toute philosophie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.