Mais lâchez-nous avec vos start-up !

Les start-up sont-elles devenues l'horizon indépassable du développement économique ?

Jean-Pierre Leac

I have been working for innovation support programs and business growth for the last 10 years. After graduating from an engineering school, I worked as a project manager in the automotive industry and then created my own consulting company. Being now the innovation and development manager within the regional innovation agency (NFID), I am in charge of the technology transfer policies and cross-border cooperation projects. I am also responsible for several funds promoting innovation projects and start-up creation. それと、日本に情熱を注ぎます。

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Une information marrante en passant :

    Il y a moins d’un an, la start-up américaine Juicero promettait de changer la façon de faire du jus de fruit. Grâce à son « pressoir high-tech » et un produit « ultra sain », conservé en sachet, l’entreprise envisageait des débouchés lucratifs. Après sa fondation en 2013, Juicero récoltait plus de 120 millions de dollars (101 millions d’euros) d’investisseurs. Le premier coup dur est venu au moment de la commercialisation du produit, quand plusieurs youtubeurs à succès se sont moqués du prix rédhibitoire du pressoir : 700 dollars, soit 589 euros.
    Forcée de baisser son prix, Juicero a finalement dû affronter des critiques encore plus vives, quelques semaines plus tard : des journalistes et des youtubeurs se sont rendu compte que la machine était totalement inutile. Le jus pressé à la main était tout simplement le même que celui compressé par la machine. Juicero a suspendu ses activités, le 1er septembre 2017.

    http://www.lemonde.fr/entreprises/video/2017/09/05/comment-une-start-up-a-100-millions-d-euros-est-devenue-la-risee-du-web_5181365_1656994.html

  2. N.D. dit :

    Il y a certainement un effet de mode mais par quoi voudriez vous le remplacer ? Mettre en avant la fabuleuse transformation de la fonction publique ? La création d’emploi par nos champions du CAC 40 ? Les activités pérennes et créatrices de valeur de nos associations ? La force de changement représentée par nos corps intermédiaires comme les syndicats, particulièrement en pointe, n’est-ce pas sur les évolutions du travail et du salariat ?
    Les startups (aussi flou que soit ce mot) ont une valeur symbolique pour les politiques et les médias : c’est le seul domaine de la société française qui semble ouvert sur l’avenir.
    Et vous avez raison de le souligner , même pas un avenir meilleur, seulement l’avenir.

    • Je partage bien sur les critiques formulées (fp, syndicats, CAC 40, …). Mon propos visait surtout à lancer une discussion sur le terme start-up et à souligner la caractère incantatoire de beaucoup de mesures annoncées récemment. Bien sur il y a des entrepreneurs, de jeunes entreprises innovantes et cela est porteur d’espoir pour l’avenir.

      • N.D. dit :

        Dans un contexte normal, les startups seraient remises à leur place, au fond assez limitée, dans un contexte pessimiste et bloqué, on focalise sur la petite loupiote. Et comme vous , je m’étonne de l’engouement autour de French Tech qui n’est pratiquement que de la communication façon méthode Coué.

        Une initiative toute récente concernant les modifications du travail : le partenariat lab RH et BPI group http://www.bpi-group.com/fr/partenariat-le-lab-rh.html
        Mais on y retrouve comme par hasard le milieu startup 😉

        • Je ne connaissais pas cette initiative, merci beaucoup. Quand je lis « Ces liens forts qui nous unissent aujourd’hui avec BPI group, les différents ministères et Pôle Emploi nous permettent de connecter efficacement les acteurs publics avec les acteurs de l’innovation RH et ainsi de capter les innovations RH de rupture à fort potentiel », ça donne envie d’en savoir beaucoup plus. Au-delà des slogans, quelles sont exactement les innovations RH de rupture en question. D’ailleurs ça incite à écrire un article sur les innovations RH.

  3. En réalité, l’état devrait se mettre en mode start up et faciliter la vie des entreprises, mais çà, c’est une autre histoire
    Il est en effet assez amusant de voir qu’un entrepreneur n’est visible que s’il est un start uper !! on ne crée plus des entreprise mais des start up …
    De même qu’on ne crée plus des objet connectés sans faire une « levée de fonds » en mode « crowdsourcing ».

    Le bon côté, c’est que les chef d’entreprises reprennent une image glamour…

  4. Je suis en effet frappé par le décalage qu’il peut exister entre le battage médiatique et la réalité économique, entre le montant des fonds levés et les performances commerciales…et beaucoup trop de plateformes…!

  1. 31 août 2017

    […] en relation les fans de croisières et les propriétaires de yachts...     Mais lâchez-nous avec vos start-up ! Plus un seul article dans un journal, plus un seul reportage, plus une seule interview du ministre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *